Aménagement des process et des espaces de travail

Les entreprises sont fréquemment confrontées à des transformations liées à l’achat de nouveaux équipements ou à la modification de locaux.

Dans tous les cas, ces projets impliquent des changements techniques, organisationnels et humains. Ces changements peuvent être sources d’opportunités ou de risques pour l’entreprise et les individus qui la compose. Il s’agit donc pour les acteurs de l’entreprise de faire de ces évènements des projets ayant pour objet la transformation des systèmes de travail dans leur ensemble. L’objet n’est donc pas la nouvelle machine, le nouveau bâtiment, ou le nouveau poste mais bien le nouveau système de travail permettant d’atteindre des objectifs de performance et de santé au travail.

Penser le futur système de travail, c’est donc :

  • Construire une conduite de projet interne pour garder la main sur les transformations

  • Questionner la manière dont le travail se fait réellement pour en tirer les besoins spécifiques qui serviront de repères à la conception du futur système de travail

  • Profiter de l’expérience des travailleurs pour mieux concevoir et accompagner le changement vécu

 

Accompagnement des changements : 3 points clés 

Garder la main sur son projet - accompagnement changement
En savoir plus
Structurer le projet pour répondre à ses besoins
En savoir plus
mobiliser les salarié.e.s dans le projet
En savoir plus
  • Garder la main sur son projet :Garder la main sur son projet est indispensable pour le mener à bien. Il s’agit pour l’entreprise de concevoir et piloter le projet dans lequel la transformation attendue répondra au mieux aux objectifs particuliers de l’entreprise. Quelques clés pour faire avancer le projet et en conserver la maîtrise.​​​​​​​

  • Structurer le projet pour répondre à ses besoins : ​​​​​​​Un projet est unique car il correspond à des besoins particuliers. Quelques clés pour questionner la manière dont le travail se fait réellement pour en tirer les besoins spécifiques qui serviront de repères à la conception du futur système de travail. 

  • Mobiliser les salarié.e.s dans le projet : ​​​​​​​Quelques clés pour mieux concevoir et accompagner le changement par la participation des salarié.e.s pour enrichir le projet par l’expérience des travailleurs. 

 

Les actions de l'Aract

  • Dans un abattoir

Cet abattoir public multi-espèces intercommunal existe depuis 1912. Géré par la municipalité de la ville où il se situe jusqu’en fin 2015, il est l’un des tous premiers abattoirs publics mutli-espèces de la région. Il emploie 9 salarié.e.s et fait travailler des indépendants pour une production annuelle de 1200 Tonnes.

Les bâtiments qui accueillent cette activité ont plus de 100 ans et présentent des limites en termes de conformité réglementaire, de développement de l’activité et de conditions de travail.

Le projet de conception d’un nouvel abattoir devait répondre à différents objectifs :

  • Répondre à la demande locale d’abattage multi-espèce en augmentant la capacité de production,

  • Répondre aux enjeux sociétaux actuels (connaissance de la provenance des produits par les clients et développement de circuits de proximité dans le respect du bien être animal),

  • Maintenir un service à la demande qui fait la spécificité de l’abattoir actuel,

  • Réduire l’impact environnemental de l’outil,

  • Améliorer les conditions de travail des salarié.e.s de l’abattoir.

Après une première phase d’étude réalisée par un consultant en 2014, une nouvelle version de plan plus aboutie avait été proposée mais cette dernière, ne répondant pas à un certain nombre de questions organisationnelles déterminantes, la collectivité, maître d’ouvrage, a sollicité l’Aract Bretagne en 2018.

L’Aract Bretagne a proposé d’accompagner la collectivité sur deux phases :

  • Phase 1 : Alimenter le cahier des charges fonctionnel du projet par l’intégration des besoins du travail des salarié.e.s et agents vétérinaires, en particulier sur le périmètre bouverie/ tuerie,

  • Phase 2 : Co-construire les situations de travail futures à partie des hypothèses de conception retenues (contenu du travail, organisation, compétences, moyens, etc.).

La phase 1 a consisté en un travail de recueil de données sur le projet (ses objectifs, son état d’avancement, ses orientations, ses acteurs, ses marges de manœuvres, etc.) et le fonctionnement existant de l’abattoir (atout du fonctionnement existant, contraintes et limites).

Des entretiens, une observation du travail et un temps d’échange avec un groupe de salariés ont permis de mettre en évidence les points suivants, restitués au comité de pilotage :

  • Des besoins complémentaires à intégrer au cahier des charges fonctionnel pour le bureau d’études,

  • Les questions soulevées, notamment organisationnelles, qui devaient être traitées par la collectivité.

Un plan d’action a été construit pour prendre en compte ces éléments et poursuivre le travail avec l’Aract. Deux zones de travail ont été ciblées pour un approfondissement du travail en phase 2 : la zone bouverie et la zone de traitement des cuirs.

La phase 2 s’est appuyée sur la mobilisation de deux groupes constitués des différents utilisateurs futurs de l’abattoir (salariés, agent vétérinaire, encadrant) qui ont pu simuler le travail futur sur la base de scenarii de fonctionnement tenant compte de la variabilité du travail réel (nombre, état et type des bêtes, nombre de salariés, aléas de production, etc.). Cette démarche a permis de mettre en évidence pour chaque étape du processus de travail, les questions soulevées sur le plan, les besoins non couverts, les choix de fonctionnement complémentaires et les problèmes détectés.

Ces éléments ont été remontés en comité de pilotage pour poursuivre le plan d’actions.

Au final, cette action a conduit l’entreprise à structurer son projet notamment du point de vue du pilotage (comité de pilotage, groupe projet et pilote identifié) ce qui a permis de bien définir les rôles et missions de chaque partie prenante et de tracer l’avancée du projet pas à pas pour faciliter les prises de décisions et gagner du temps.

Par ailleurs, la collectivité qui avait pour ainsi dire délégué une grande partie du projet à un prestataire externe et attendait une solution « clé en main » adaptée a repris en main le projet. Le manque de connaissance du fonctionnement et du travail réel effectué dans l’abattoir avait fait perdre temps et énergie à l’ensemble des acteurs en allers-retours entre des propositions du bureau d’étude et des ajustements demandés.

L’accompagnement de l’Aract Bretagne a permis, de traduire les besoins d’usage à intégrer dans le cahier des charges du projet en donnant une vraie place à la parole et à l’expérience des travailleurs.

Pour l’Aract Bretagne l’accompagnement s’est arrêté à cette étape d’étude conception. Le projet n’est pas encore sorti de terre et de nombreuses étapes sont encore nécessaires pour aboutir et atteindre les objectifs visés par la collectivité.

Le projet Bouv’innov, porté par l’Idele (institut de l’élevage - www.idele.fr) et accompagné par l'Aract Bretagne sur le terrain, est destiné aux acteurs impliqués dans les projets de conception et de rénovation des abattoirs.

L’objectif : proposer des outils et des ressources méthodologiques afin d'aider les acteurs des abattoirs à améliorer les conditions de travail des Hommes tout en contribuant au bien-être des animaux et à la performance.

Consultez 6 fiches méthodologiques sur le site www.bouvinnov.fr

 

  • Dans une criée

Dès le lancement du projet de modernisation de la criée du Guilvinec, la maîtrise d’ouvrage portuaire (CCI, direction de la criée, Syndicat Mixte du Port de Pêche de Cornouaille) a défini ses intentions dans un appel d’offre visant à choisir un cabinet d’ingénierie : améliorer la productivité, la qualité de service et les conditions de travail des salariés.

En lien avec l’équipe projet mobilisée, l’Aract a accompagné le projet de modernisation de la criée du port du Guilvinec lors de l’étude de conception du futur process de la pêche côtière par la simulation participative du travail futur.

La simulation s’est appuyée sur :

- Un plan et la création d’éléments de simulation à l’échelle 1/50ième (personnes, engins de manutention, bacs de criées imprimés en 3D),

- Un groupe de salariés CCI représentant les différents métiers mobilisés sur l’activité de la pêche côtière (manutentionnaires, caristes, responsable d’équipe, maintenance) avec la participation d’un délégué du personnel. La direction et le cabinet d’ingénierie ont également participé,

- Des scénarios de réalisation du travail à simuler, préparés avec le cabinet d’ingénierie en lien avec l’avancée des travaux de l’équipe de conception.

groupe de travail modernisation criee

Trois  séances de travail ont été animées ; la première séance a permis de présenter les objectifs opérationnels d’amélioration du projet (performance, qualité, santé/sécurité) et les premiers schémas d’aménagements de fonctionnement proposés par l’équipe projet. L’état des lieux de l’existant réalisé par l’Aract, complété par une visite de la criée de Lorient, a également été partagé pour aider à cibler les situations de travail à simuler.

Les travaux de simulation des deux séances suivantes ont porté sur l’aménagement du sas de réception des produits de la pêche, la gestion des flux en sortie de convoyeurs de vente, le regroupement des lots vendus pour livraison/expédition.

L’analyse a permis de faire des pronostics sur la gestion des différents flux de produits vendus et a guidé le choix des dispositifs pour alléger les manutentions manuelles pénibles des bacs, fluidifier et sécuriser le process. La simulation d’une vente représentative a, par exemple, permis de vérifier sur plan que les surfaces nécessaires aux regroupements après-vente étaient compatibles avec les besoins de l’activité.

Des repères ont été produits pour les besoins de surface, les accès, les équipements d’aide à la manutention à privilégier (ex. types de lignes, engins). Les besoins liés aux visites touristiques ont également été pris en compte notamment pour préserver un accès visuel sécurisé au process. Ce travail a ainsi aidé aux choix de conception lors de cette phase d’étude et favorisé l’appropriation individuelle et collective du changement par les futurs utilisateurs.

Ces repères vont désormais servir à l’élaboration des cahiers des charges techniques et fonctionnels du nouveau process avec ses équipements et pour l’étude de détail de l’aménagement et du fonctionnement de demain.

accompagner votre projet

L'offre de services de l'Aract sur ce thème

Être accompagné.e dans votre projet

L’Aract accompagne les entreprises et établissements de la fonction publique dans la conduite de démarches concertées visant l’amélioration des conditions de travail et la performance des organisations.

Les dernières ressources sur ce thème

lire la suite
Image
Cas d'entreprise

Conduire un projet d'investissement informatique dans une PME

Cas d'entreprise

Conduire un projet d'investissement informatique dans une PME

lire la suite
Image

Structurer le projet pour répondre à ses besoins

Outil

Structurer le projet pour répondre à ses besoins

lire la suite
Image
Visuel

Services à domicile, intégration d'un outil numérique : comment adapte

Publication

Services à domicile, intégration d'un outil numérique : comment adapte

Les dernières actualités sur ce thème

lire la suite
Image
formation neotoa evaluation embarquée

Néotoa prépare son projet de réaménagement des locaux de son siège social de Rennes

Formation à «La méthode de l’évaluation embarquée pour accompagner les transformations».

Article

Néotoa prépare son projet de réaménagement des locaux de son siège social de Rennes

Lire la suite
lire la suite
Image
Matinale Aract Bretagne

Matinales 2020

Autour d’un café, venez échanger sur un thème d'actualité lié à l'amélioration des conditions de travail et la performance des organisations.

Article

Matinales 2020

Lire la suite
lire la suite
Image
Journée abattoirs 2019 Agrocampus Rennes

Journée rencontre abattoirs : un vrai succès !

Malgré une météo TRÈS capricieuse, 114 personnes étaient présentes mercredi 16 octobre dernier à Agrocampus Rennes pour participer à la Journée rencontre aba

Article

Journée rencontre abattoirs : un vrai succès !

Lire la suite